Lorsque le dernier arbre

Michael Christie

Albin Michel

  • par (Libraire)
    16 septembre 2021

    Un roman écologique? une fresque familiale? un roman engagé? Les qualificatifs se dérobent lorsqu'il faut définir précisément le roman de Michael Christie tant le projet parait ambitieux, original et singulier.
    Ce qui est sûr et certain c'est le plaisir que vous ressentirez lorsque vous vous lancerez dans la lecture de ce roman fleuve.
    Une histoire comme on en lit peu aujourd'hui car elle dégage à la fois une impression de modernité dans les préoccupations des personnages et un classicisme dans la forme du récit.
    Une épopée américaine puissante, envoûtante, haletante, un roman feuilletonesque pour ne pas dire addictif.
    Une maitrise du rythme et un sens du romanesque absolument parfaits.
    Une vraie découverte!


  • par (Libraire)
    14 septembre 2021

    Prodigieux !

    Mon énorme coup de cœur 2021 ! Il y a tout dans ce roman qu’on ne lâche pas : l’histoire d’une famille incroyable, l’histoire des forêts, l’histoire du

    Canada et l’histoire du monde, rien que ça !
    Il parle magnifiquement des liens de sang, de la responsabilité des uns envers les autres et le soin qu’on doit apporter au vivant. Ce roman est

    PRODIGIEUX !


  • par (Libraire)
    1 septembre 2021

    D'une audacieuse construction, Michael Christie transporte son lecteur dans une passionnante saga familiale de la cime aux racines.
    Dans un futur que trop veulent voir loin, une île se fait temple forestier dans une planète agonisante. Plongeant dans la forêt d'êtres qui composent l'histoire familiale de Jacinda, guide dans ce lieu, on remonte le temps et le XXe siècle, au gré des personnages et des époques.
    L'auteur charme par son style et son rythme et prend sa place dans la canopée de la littérature anglo-saxonne.


  • 31 août 2021

    Un immense roman que je voudrais pouvoir faire lire à la Terre entière !
    D'une puissance narrative exceptionnelle, cette fresque familiale rythmée et émouvante vous hantera longtemps !


  • par (Libraire)
    31 août 2021

    Une épopée américaine puissante, envoutante, haletante.
    Un roman feuilletonesque impossible à lâcher.
    Amateurs de sensations fortes ce livre est fait pour vous vous ne serez pas déçus!
    Incontournable!!!


  • 30 août 2021

    Coup de coeur

    Au large de la côte de la Colombie-Britannique …….
    Ce roman captivant couvre la famille Greenwood de 1934 jusqu'à une date future de 2038, une fresque familiale peu conventionnelle sur quatre générations, intimement liée à l’environnement végétal.
    Du baron de l’industrie forestière à la militante écologique, du charpentier au botaniste ; chaque descendance devient une « couche » dans l’arbre généalogique.

    Chaque nouvelle période apporte au lecteur des surprises portées par des personnages aux relations étonnantes et incisives, poursuivis par des forces obscures, contrastant avec la beauté et la force des forêts.
    Une odyssée fascinante dont l’arbre est le fil rouge, dont les nombreux rebondissements rendent le lecteur dépendant et pourraient le sensibiliser sur le destin de l’humanité et la nécessité de préserver la nature….

    Ce talent d’écriture est une vraie récompense à la lecture ! Ecrivain épatant et doué.

    « Pour foutre sa vie en l’air, faut déjà en avoir une »

    « C’est un crime de faire porter aux jeunes le chagrin des anciens »


  • par (Libraire)
    28 août 2021

    Destin mêlé des hommes et des arbres

    Une saga familiale au cœur de la forêt ? Un roman d’anticipation ? Un livre ouvert sur le destin des hommes et des arbres ? C’est tout cela et plus encore !
    Complexité humaine, problème sociétal, liens familiaux et conscience écologique font de ce roman passionnant une vraie réflexion sur l’humanité et ses enjeux.
    Un conteur d’exception pour cette histoire magnifique à la plume subtile et maîtrisée.
    Gros coup de cœur !

    Isabelle


  • par (Libraire)
    28 août 2021

    Coup de coeur !

    Quelques années dans le futur, les derniers arbres survivent sur une île refuge dans le Pacifique. L'héritière d'une illustre lignée de bûcherons raconte...
    Nouvelle parution événement dans la collection "Terres d'Amérique" par un jeune auteur canadien.

    Sébastien


  • par (Libraire)
    26 août 2021

    Coup de cœur d'Evelyne

    Une grande fresque familiale dans l'ouest canadien, sur fond de surexploitation des forêts en Amérique du Nord.
    Une construction narrative audacieuse, des chapitres courts et rythmés qui vous font traverser le 20ème siècle, ce siècle de l'hyperconsommation qui a mis en danger notre civilisation, et le début du 21ème siècle, qui essaye de sauver ce qui reste à sauver, et surtout des personnages attachants et hauts en couleurs.
    Cette grande fresque écolo est aussi un roman familial, un roman d'aventures, un roman d'anticipation... C'est impressionnant tout ce que Michael Christie peut faire entrer en moins de 600 pages tout en restant une lecture passionnante qui se dévore d'une traite !
    Librairie La Promesse de l'Aube


  • par (Libraire)
    25 août 2021

    Si vous êtes comme moi et que vous aimez qu'on vous raconte une belle histoire, ce livre est fait pour vous.
    Nous voilà en 2038, époque où une île au large de Vancouver est couverte par les derniers spécimens d'arbres existant sur Terre. Comment l'humanité en est-elle arrivée là ? On le découvre en suivant le chemin tortueux de la famille Greenwood, depuis 1908.
    L'auteur nous plonge dans le passé, nous dévoile quelques informations sur chaque membre de cette étrange tribu, avant de nous projeter à nouveau dans l'avenir, concluant chaque existence.
    Qu'est-ce que la famille ? Les liens du sang sont-ils les seuls qui comptent ? Faut-il parler d'arbre généalogique ou plutôt de forêt ?
    L'exercice littéraire est époustouflant. Ce roman fera date, et nous n'avons pas fini d'entendre parler de Michaël CHRISTIE dans les années à venir, c'est en tout cas mon vœu le plus cher.
    Un grand auteur est né.


  • par (Libraire)
    25 août 2021

    Par Mathilde

    Michel Christie nous conte, dans ce livre merveilleux, l'histoire de la famille Greenwood, une famille tantôt écologiste, tantôt bûcheronne, tantôt acéricultrice, tantôt guide dans la dernière forêt primaire encore en vie. Voilà une fresque magnifique, où l'on rencontre les membres de cette famille sur plusieurs générations, qui tentent, chacune à leur manière, de survivre dans un monde où chacun souffre pour ce qu'il est.
    Une saga familiale, écologiste avec une écriture douce et poétique.
    PS : protégeons les arbres !


  • par (Libraire)
    23 août 2021

    "Lorsque le dernier arbre" est un magnifique roman à la fibre écologique où chaque personnage est relié à la nature...
    Dans cette fresque familiale qui se situe en cinq temps de 2038 à 1908, nous rencontrons au fil des époques les membres de la famille Greenwood qui traversent l Histoire en étant exploitants forestiers, militants écologistes ou récoltants de sirop d'érable...
    J'ai un attachement particulier pour Everett Grennwood un hobo de "la grande dépression" des années 1930, il résume à lui seul la bonté, la solitude, l'espoir, la bienveillance...
    Un livre aussi captivant que "l'arbre monde" de Richard Powers que vous avez hâte de retrouver le soir, comme un rendez vous intime avec les membres de cette famille atypique.
    Bonne lecture!


  • par (Libraire)
    21 août 2021

    des arbres et des hommes

    Fresque familiale, roman social et écologique. Dans un futur proche, les arbres ont presque tous disparus, restent quelques zones protégées, on remonte le temps et l’arbre généalogique de la famille Greenwood jusqu’en 1908. Tous les membres de cette famille ont un point commun: les arbres. Charpentiers, bûcherons, militante écologiste, le récit original par sa construction est foisonnant et rappelle de grands romans américains comme ceux de Steinbeck.


  • par (Libraire)
    21 août 2021

    En cette année 2038 la planète est devenue un désert, mais au large de Vancouver subsiste une forêt primaire sur l’île de Greenwood. Après des études de botanique, Jacinda Greenwood y travaille en tant que guide. Elle est la dernière descendante de la famille qui a donné son nom à cette île, famille dont nous découvrons l’histoire sur 4 générations de 2038 à 1908, famille passionnée par le bois et son industrie. Avec des personnages attachants et d’autres horripilants cette formidable saga familiale ne vous laissera pas indifférent ! Enorme coup de cœur !


  • 14 août 2021

    des arbres et des hommes

    de 1908 à 2038, on voit se succéder 4 générations de Greenwood, ces hommes et ces femmes qui, bien que tous de la même lignée, sont aussi tous des orphelins. Leurs points communs ne se situe donc pas ou peu du côté des souvenirs ou de la culture familiale, mais pourtant ils ont tous en commun un lien particulièrement fort aux arbres.
    A travers chacun de ces personnages, on traverse l'histoire des forêts, leur protection et leur exploitation, et l'Histoire de ceux qui les accompagnent.
    La roman se structure autour d'une chronologie décroissante puis à nouveau croissante, qui permet d'appréhender avec beaucoup de finesse la complexité des situations, des hommes et de leurs choix.


  • par (Libraire)
    10 août 2021

    Conseillé par Stéphanie, libraire

    Un roman écologique et social sous la forme d'une fresque familiale où s'oppose la génération des coupeurs d'arbres à celle des défenseurs acharnés de la forêt. Une vision très originale sur la fin programmée des forêts primaires. Un récit d'anticipation pour le moins angoissant très rythmé grâce à des chapitres courts.


  • par (Libraire)
    7 août 2021

    Attention talent !

    La famille Greenwood a bâti sa fortune sur l'exploitation de la forêt.
    De génération en génération, chacun a pris sa part. En 1904, les pionniers du bois, ceux arrivés les premiers pour décimer les grands pins d'Oregon, ont cru fermement que cet or vert serait éternel. Les générations suivantes quant à elles ont compris que la forêt est un bien précieux à protéger.

    Michael Christie déroule plus d'une siècle d'histoire canadienne et nous offre une fresque familiale magistrale !
    Un roman surprenant tant par sa maîtrise que par sa composition auquel on prédit déjà quelques récompenses.

    Conseillé par Mila, Eric, Agnès et Marie !


  • par (Libraire)
    4 août 2021

    Dans un futur proche où la forêt est devenue une attraction touristique jusqu’au début du XXème siècle, Michael Christie nous emmène découvrir une famille intimement liée aux arbres.

    A chaque histoire sa particularité, mais l’auteur a le talent d’imbriquer à la perfection cette généalogie pour la transformer en cri d’amour à la nature et aux arbres.

    Avec un jeu de construction habile et intelligent, Michael Christie vous emmènera en balade dans un labyrinthe sylvestre qui vous enchantera !

    Fabien


  • par (Libraire)
    30 juillet 2021

    Dans l'Ouest canadien, une incroyable histoire familiale, âpre et déchirante, sur laquelle plane l'ombre majestueuse et la fragilité des immenses pins d'Oregon.


  • par (Libraire)
    26 juillet 2021

    Ce roman est gigantesque, il est comme un pin de l’Oregon multicentenaire, il en atteint les cimes.

    « Le bois, c’est du temps capturé. Une carte. Une mémoire cellulaire. Une archive. »
    « D’un futur proche (2038) aux années 1930, Michael Christie bâtit, à la manière d’un architecte, la généalogie d’une famille au destin assombri par les secrets et intimement lié à celui des forêts. »
    Ce roman est visionnaire en même temps qu’apocalyptique, il nous invite à ne plus tergiverser sur les bonnes attitudes à avoir et les bonnes décisions à prendre si l’on veut que la vie continue. Il nous dit que la vie humaine, comme la vie animal ou végétale c’est ici et la Terre maintenant.
    Mais ce roman est à l’opposé d’une fabrique à culpabiliser, il ne veut pas inhiber nos choix par une trop forte peur qui nous empêcherait d’agir, non, au contraire, il nous galvanise de la plus belle des façons, il nous rend responsable et nous donne du courage pour faire en sorte que jamais il ne reste qu’un dernier arbre.
    Extrait : « Quand elle racontera l’histoire de l’ouragan, ce qu’elle fera un nombre incalculable de fois lors d’encans de bétail ou de repas partagés sur sa nouvelle galerie avec des gens de passage, elle se demandera comment rendre compte du son de la bibliothèque avalée par la tornade. Comment décrire précisément le bruit de dix mille livres s’envolant dans les airs pour être éparpillés sur des centaines de kilomètres. Et ce n’est que des années plus tard – bien après la fin de la Grande Dépression, quand les pauvres auront cessé de passer de train en train ; bien après la mort de Gertie, décédée d’une grippe le jour de son quatre-vingt-dixième anniversaire ; bien après que le souvenir des douces épaules d’Everett, de son épaisse chevelure noire et du drôle de sérieux de ses manières aura pâli dans sa mémoire ; bien après qu’elle aura de nouveau été capable de s’aventurer dans la partie du champ où ensemble ils avaient planté les petits érables qui sont depuis devenus grands ; bien après que le vide laissé par cet homme dans sa vie aura complétement cicatrisé – alors seulement trouvera-t-elle une réponse satisfaisante : on aurait dit des oiseaux. »